Home » Offenbach Notes et Contrenotes

Offenbach Notes et Contrenotes

Robinson Crusoé

Je n'avais jamais remarqué qu'Offenbach emploie la clarinette basse dans Robinson Crusoé. Je pense d'ailleurs que c'est la seule partition où il utilise cet instrument.

Barkouf et Die Rheinnixen

Offenbach a sérieusement envisagé de réutiliser le duo final du premier acte de Barkouf dans Les Fées du Rhin puisqu’il a rédigé à partir de cette musique un duo complet entre Armgard (Laura) et Edwige. Finalement il changera d’avis. Cette alternative figure d’ailleurs dans notre édition des Fées du Rhin.

Offenbach, Berlioz et Wagner

Sauf oubli de ma part, Offenbach n’utilise pas de citations de Berlioz ou de Wagner quand il parodie la musique de ces deux grands Maîtres. Contrairement aux maîtres italiens (Rossini, Donizetti...) ou français (Boieldieu, Meyerbeer...). Lorsqu’il parodie Berlioz (Il Signor Fagotto) ou Wagner (Le Carnaval des revues) c’est le style de ces compositeurs qu’il pastiche, sans citer in texto leur musique.

La Belle Hélène

Pour la reprise de La Belle Hélène en 1876 avec Anna Judic, Offenbach Meilhac et Halévy ont ajouté pour la diva un air nouveau à l'acte 3. Mais quid de cet air ? Je n'en ai jamais croisé la trace...

La Belle Hélène

Offenbach s'est bien inspiré d'une mélodie de jeunesse "Bleib bei mir" pour écrire l'air d'entrée d'Hélène (La Belle Hélène) "Amours divins".