Home » Offenbach Notes et Contrenotes

Offenbach Notes et Contrenotes

La Bonne d'enfant

En observant le manuscrit autographe, la partie piano généralement esquissée par Offenbach y est remplacée par la réduction piano de l'orchestration du maitre. Réduction destinée à la publication par l'Editeur Heugel. Celle-ci a été réalisée par le pianiste des Bouffes-Parisiens et compositeur Hector Salomon. L'étude de cette écriture nous aidera peut-être un jour à retrouver le manuscrit de son grand opéra destiné au Théâtre de la porte Saint-Martin mais jamais représenté : Les Contes d'Hoffmann.

Monsieur Choufleuri restera chez lui le...

Sont bien mal embouchés ces grands amateurs d'Offenbach qui condamnent sans appel les récitatifs qu'Ernest Guiraud a réalisé pour Les Contes d'Hoffmann. Contrairement à ceux plus faibles de Carmen, la musique de ces "scènes" est en fait puisée à quatre vint dix pour cent dans la musique même d'Offenbach, et le peu que Guiraud y a ajoute est de la meilleure inspiration et tout simplement magnifique.

Les Contes d'Hoffmann

Sont bien mal embouchés ces grands amateurs d'Offenbach qui condamnent sans appel les récitatifs qu'Ernest Guiraud a réalisé pour Les Contes d'Hoffmann. Contrairement à ceux plus faibles de Carmen, la musique de ces "scènes" est en fait puisée à quatre vint dix pour cent dans la musique même d'Offenbach, et le peu que Guiraud y a ajoute est de la meilleure inspiration et tout simplement magnifique.

Adresses

Quelques adresses glanées sur un cahier d'esquisses d'Offenbach :
Charles Spina [éditeur musical], Sterngasse 32 à Heinbad - Paul Ferrier [librettiste], 19 rue Dufrenay à Passy - Jules Offenbach [frère de Jacques], villa Violetta, 22 rue Raynouard à Passy - Taskin [créateur des Contes d'Hoffmann] 25 rue Guillou - A. Duru [librettiste], 76 boulevard des Batignolles à Paris - Jules Moinaux [librettiste et père de Courteline], 40 rue de la Fontenelle à Paris-Montmartre.
De quoi aller faire des petites visites historiques.

Les Contes d'Hoffmann

Grâce à un carnet d'esquisses retrouvé, nous pouvons approximativement dater par déduction l'époque où furent composés par Offenbach le duo entre Hoffmann et Stella ainsi que celui entre Hoffmann et Giulietta. Quelques temps avant la composition du choeur d'entrée qui accompagne les tyroliens de Madame Favart. C'est d'autant plus intéressant qu'on croyait que le duo Hoffmann Stella avaient été esquissé très tardivement. Or, Madame Favart fut créée fin 1878, soit près de deux ans avant la mort d'Offenbach.